No blog last night

Oublier Modiano

In Books on 13 juin 2011 at 07:20
Ça commence comme une carte postale, postée avec retard, sous le signe de la nostalgie.
Cabourg. Proust, Colette – mais pas l’écrivain, la bonne, dite Reine des pommes, quand la narratrice trouve refuge dans sa chambre, de bonne, pour «dévorer sa collection de romans-photos». Écrire un temps perdu, pour mieux le retrouver. Écrire sous le signe de Proust, et de Modiano surtout, lu, aimé, approprié :
«Lors d’interminables vacances à Cabourg, j’ai relu tous vos livres. Cela a été un éblouissement. À l’époque je m’ennuyais un peu dans la vie. Pour occuper mon temps libre, j’ai décidé de photographier chaque lieu mentionné dans votre œuvre, et j’ai acheté un appareil
Drôles de voyages, Paris, les bords de Marne, Milan, Londres, Annecy, Tanger… Archéologue d’une œuvre admirée, enquêtrice, limite invasive.
Dans Oublier Modiano, titre antiphrastique, Marie Lebey mêle des souvenirs de l’homme, de ses livres et son enfance à elle, ses deuils, ses amours perdues. Le point commun ? la fantaisie, la nostalgie, la poésie, avec un sens du détail incongru et fantasque proprement réjouissant. Comme cette rencontre entre Dominique Rocheteau et Lucette Almanzor, l’Ange vert et la veuve de Céline, dans une tribune du Parc des Princes. Le loufoque qui donne naissance au doux-amer. Marie Lebey procède par additions de détails.
Un ne pas oublier, comme un myosotis, qui joue d’un passé (re)composé, d’une mélodie entêtante. Un centon, Modiano, comme le refrain d’une ballade – celle de Lucie Jordan – partout sa silhouette obsessionnelle, comme «un opium délicieux». Il demeure secret, ainsi à Biarritz, «comme à chaque fois que je m’approche d’une des maisons où vous avez vécu, elle se recroqueville sur ses secrets».
«Roman» dit le sous-titre d’Oublier Modiano, pourtant c’est le réel qui est ici brassé, réécrit – au grand dam de l’auteur admiré qui s’est déclaré «profondément choqué» par les inventions romanesques de Marie Lebey autour de la mort de son frère Rudy en 1957 – mais si elle donne «l’impression de regarder la vie du haut d’un escabeau» c’est pour «cacher» sa «mélancolie». «Échafaudage indispensable pour atteindre un peu de moi». Traces en cas de démolition. «La seule vérité qui compte est celle qui se blottit au creux de nos souvenirs».
Marie Lebey, Oublier Modiano, Editions Léo Scheer, 2011, 150 p., 17 €.
Les photos du livre sont disponibles ici
About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 105 autres abonnés